AID Association initiatives dionysiennes
Encore un beau "raté" d’une république en décomposition !

Le varroa, danger pour les abeilles, danger pour la production agricole locale

Par Dr Bruno BOURGEON, président d’AID

jeudi 11 mai 2017 par JMT

Suite à l’article paru sur ImazPressRéunion et sur Orange-Réunion, AID a tenu à réagir sur ce parasite des abeilles, son importation clandestine, et les risques économiques et sanitaires que cela pourrait entraîner sur la productivité alimentaire locale.

Le varroa, danger pour les abeilles, danger pour la production agricole locale

Suite à l’article paru sur ImazPressRéunion et sur Orange-Réunion, AID a tenu à réagir sur ce parasite des abeilles, son importation clandestine, et les risques économiques et sanitaires que cela pourrait entraîner sur la productivité alimentaire locale.

Comment a-t-on pu laisser entrer des abeilles infectées ? A quoi sert de réglementer des interdictions martiales si derrière on ne fait rien pour contrôler ?

300t de miel pour 860.000 habitants c’est ridiculement peu (348g/hab, même pas 1g par jour !) et on n’en produit localement que la moitié ? Qu’attend donc la Région pour prendre des mesures ? Le problème de ce parasite est moins la production de miel que la perte d’insectes pollinisateurs.

Rappelons que l’abeille est l’insecte pollinisateur par excellence. La citation apocryphe attribuée à tort à Albert Einstein : « si les abeilles venaient à disparaître, l’humanité n’aurait plus que quatre années devant elle », est en fait issue d’une brochure de l’Union Nationale de l’Apiculture Française à l’occasion d’une manifestation à Bruxelles contre la politique agricole commune vantant les mérites des insecticides néonicotinoïdes, vous savez, les insecticides que notre "sénatueur" d’abeilles ne veut pas interdire (alias Didier Robert).

Sans abeilles, la pollinisation d’un grand nombre de plantes ne se ferait plus, entraînant la disparition de nombreux animaux et des effets dévastateurs sur l’agriculture et la biosphère de manière générale.

Quelles mesures pourrait-on prendre ?

a) Elever l’octroi de mer en prenant en charge pour un montant équivalent à la somme collectée (sur les importations et les productions locales) les frais de développement de la production locale de miel et de sa vente en vrac (et pas l’emballage de miel importé).

b) Organiser une campagne contre les produits d’importation de bas de gamme en analysant leur contenu. En effet beaucoup ne sont pas du miel pur et il est de basse qualité. Il y a même des produits étiquetés miel qui n’en sont pas.

c) Transformer la Réunion en sanctuaire capable de produire massivement et d’exporter des colonies d’abeilles saines et du miel bio, ce qui revient à interdire les produits phytosanitaires chimiques dans de larges zones. Et Dieu sait si La Réunion en importe : plus de 240 t chaque année, soit plus de deux fois la consommation métropolitaine par hectare ! Certes plus de la moitié en herbicides, mais aussi en insecticides.

AID soutient le collectif des apiculteurs de La Réunion et exige des autorités responsables qu’elles prennent les dispositions nécessaires pour que ce genre de mésaventure ne puisse se reproduire.

Pour l’Association Initiatives Dionysiennes

Dr Bruno Bourgeon, Président

PDF - 32.3 ko
Le Varroa

MEDIAS

* Le varroa, danger pour les abeilles, danger pour la production agricole locale courrier des lecteurs de Zinfos974 du Vendredi 12 Mai 2017 - 11:02

* Le varroa, danger pour les abeilles et l’apiculture locale - Courrier des lecteurs du Quotidien du lundi 15/05/17 - 06h05

LIENS

* Le varroa, un danger mortel pour les abeilles péi par www.ipreunion.com le 11 mai 2017 à 09:19

Bête noire des apiculteurs sur tous les continents, le voici maintenant dans les ruchers de La Réunion. Le parasite Varroa, mortel pour les populations d’abeilles, a été découvert ce jeudi 4 mai 2017 dans les ruches sentinelles du lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis, gérées par le Groupement de défense sanitaire (GDS). Un arrêté préfectoral a été publié dès le samedi 6 mai, 48 heures après la découverte du parasite. Il interdit la transhumance et le déplacement des colonies d’abeilles jusqu’à nouvel ordre. La commercialisation du miel n’est pas interdite Jusqu’ici, les ruches à La Réunion faisaient partie de l’un des rares territoires au monde à être épargné par la varroose, maladie transmise par cet acarien qui n’est pas dangereux pour l’homme.

la suite sur le site Imaz Press Réunion

* Menace sur les ruches de La Réunion par Zinfos974 du Jeudi 11 Mai 2017 - 15:07


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2151212

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Agriculture-Alimentation-OGM   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License